• hervedewintre

Ayoub Moumen : "ARTtiviste" entre mode et performance

Dernière mise à jour : 7 nov.

Disciplines : couture, performance, stylisme. Ayoub Moumen, ancien étudiant d'ESMOD Tunis est un "Artiviste". Ses créations dépassent les frontières du vêtement pour s'inscrire dans une action militante et pluridisciplinaire.

"Gender is over": Défilé R.E.W Paris Studio, Exhibition '19. Fashion Point Art Fair.


La collection « Reborn » présentée au Bastille Design Center à Paris avait marqué les esprits en septembre 2021. Collection ? Performance plutôt tant le travail d’Ayoub Mounen s’appuie au moins autant sur le processus que sur la production finale. Performance dans le geste créatif consistant à réédifier les constructions existantes pour montrer ce qui est caché, décortiqué pour mieux appréhender l’essence. Performance également dans la théâtralisation de l’espace : dans le cadre de cette présentation, l’artiste tunisien né en 1991 se dévoilait littéralement sur scène avec 30 performeurs.


Ayoub Moumen est le créateur et le directeur artistique de la marque de vêtements Refuge Engaged Wear (R.E.W Paris) qui a remporté le 3e Prix des E-fashion awards en 2018 en s'inscrivant dans le mouvement antifashion. Un nom qui raisonne comme une mise à nu. Les thématiques des collections sont des miroirs devant lesquels le créateur parle de lui, de l’exil, de son identité personnel et politique. De son engagement artistique et militant au sein de la communauté LGBTQ++. Dans cette mise à nu, les étoffes jouent leur partition : recyclées, elles obtiennent (elles aussi ?) une deuxième chance, un nouveau départ. Quant à la technicité, elle adopte elle aussi sa propre grammaire qui, à grands coups de ciseaux, parle avec éloquence, de l’intégrité du corps.


A tel point qu’on en vient à douter du véritable métier du jeune trentenaire, tant son activité se joue aux frontières des beaux-arts et des arts appliqués. Et si au fond Ayoub Moumen n’était pas designer mais plutôt plasticien ? Et si au fond il avait voulu apprendre le vêtement pour être artiste ? Dans une remarquable interview accordée au magazine Artistikrezo, l’artiste explique les raisons qui le pousse à désenclaver les disciplines : « Je creuse plus loin qu’un vêtement ou de ce que veut dire un vêtement. C’est l’accomplissement de plein de supports différents qui t’emmène à sa création. Quand tu es artiste tu es libre de passer toute ta vie dans ta discipline, mais tu as aussi la possibilité de te permettre d’utiliser tous les supports autour de toi. Il faut s’en donner la permission, parce qu’on est dans une société où l’on te demande de rester dans ton petit cube de confort. Pour moi, c’est complètement abstrait qu’un artiste ne sorte pas de sa discipline, qu’il ne touche pas à la vidéo, au son… Un simple bruit de ciseau coupant un tissu peut me permettre de visualiser une image, un tableau qui deviendra performance. »


R.E.W STUDIO CONTAMINATION

#edito @melchiortersen

DA assistant: @poplinefichot


Performance, le mot revient toujours. C’est par la voie de l’expression scénique qu’une fois encore, avec justesse, le créateur s'est exprimé. Il présentait sa dernière œuvre à l’Atelier des Artistes en Exil, un espace de travail créé en 2017 par la metteuse en scène Judith Depaule, aujourd’hui hébergé rue d’Aboukir à Paris où l’atelier partage l’immeuble d'un centre d’hébergement d’urgence d’Emmaüs Solidarité. Dans cet atelier qui a également ouvert une antenne à Marseille, plus de 200 artistes, de toutes origines, tous champs disciplinaires confondus, sont accompagnés dans leur restructuration et dans leur mise en relation avec le réseau professionnel. « Pour cette présentation j’ai voulu parler du désordre, car on vit tous un véritable désordre intérieur ! J’y ai présenté plusieurs vidéos, dont certaines que j’avais déjà utilisées pour la performance « On marche sur des œufs » réalisée au Subsistance à Lyon en 2020, et d’autres où je parle du désordre à travers un texte que j’ai écrit. Le vêtement créé un personnage, comme sur scène ou à l’opéra. Je pense tout le temps à l’opéra, mon rêve serait de mettre en scène un opéra alternatif. »


C’est à ESMOD Tunis qu’Ayoub Moumen a forgé son apprentissage. L’enseignement convient à la démarche nécessairement transversale du créateur plasticien « ESMOD était la seule chose qui se rapprochait vraiment de ce que je voulais faire dans ma tête ». Un enseignement que l’artiste complètera par la pratique : « Je suis assez avant-garde, je me détache du passé au maximum dans l’histoire de l’art, et dans ma vie personnelle également. C’est le même cheminement. L’artiste et la personne c’est la même chose, on ne peut séparer les deux. C’est un processus intérieur et personnel, du coup pas besoin d’être diplômé dans l’art contemporain pour faire de l’art contemporain. Il y a plein d’autodidactes. Ce qui fait qu’une œuvre fonctionne ou non, c’est si elle est honnête, si elle sort de la personne. »



Atelier des Artistes en Exil : https://aa-e.org/fr


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout