• ESMOD

Projet Zéro waste de 2ème année

La classe SM26 a mis en place un projet eco-responsable, en proposant des vêtements zéro waste.

Pour rappel « zéro waste » qui signifie « zéro déchets, zéro gaspillage », est une démarche éco-responsable visant à réduire notre impact négatif sur l’environnement, dans tous les domaines du quotidien en limitant nos déchets, le gaspillage, et en favorisant une économie circulaire. La mode étant la deuxième industrie la plus polluante au monde, il est important d’inverser son impact sur la planète.


Les étudiants on donc eu pour consigne de créer un produit zéro waste à partir de nouveaux volumes simples et géométriques, tout en développant leurs imprimés avec un effet d’optique, inspiré du mouvement artistique OP ART.


Le concept de zero waste consistait à utiliser tout le tissu, sans avoir de déchet textile. Le patronage zéro waste permet d’éviter les pertes de tissu, mais il est aussi technique et difficile à réaliser :

Trois étudiants, Mai Porcheret, Yannis Bel Lallahom et Juliette Kneuss ont participé au projet, et nous en ont parlé.



Le projet de Yannis Bel Lallahom



Parlez-Nous de votre concept

Crocell est un éditorial et un projet de design inspiré par le 49e esprit de l'esprit de Goetia, il se manifeste comme une figure angélique/ange déchu enclin à parler de manière mystérieuse.

Crocell, également connu sous le nom de Duc de l'Enfer, est profondément associé aux plans d'eau et aux illusions. Ce qui était parfait pour ce projet d’illusion d’optique.

Au début de ce projet j’ai tout de suite gardé en tête que la chose principale sur laquelle j’allais me concentrer allait être le photoshoot, je souhaite devenir éditorial styliste donc mon focus principal à tout de suite été la finalité de mon univers photographique.


Comment avez vous abordé le sujet ?

J’ai décidé de travailler sur cette figure mystique en gardant en tête qu’il fallait que je donne une certaine modernité à cette inspiration ancestrale.


Quelles difficultés avez-vous rencontré lors de ce projet zéro waste ?

Le plus dure était de trouver un moyen de ne créer aucunes pertes tout en restant sur un haut flatteur qui représente mon univers graphique et stylistique


Et à propos de vos imprimés ?

Mon objectif était de créer une illusion d'optique en concevant un tissu et un design capables de représenter les capacités et les spécificités de mon personnage principal.

J’ai pour cela créer un render 3D avec le logiciel Blender utilisé dans l’animation pour créer une texture que j’ai par la suite floutée. Le but de l’edito et du tissu était de mélanger la symétrie et l'aspect géométrique du top avec la mystérieuse douceur organique des formes de l'ensemble du set et des accessoires.





Le projet de Mai Porcheret


Crédit. Modèle : Kanna-Linh Guillé. Photos et design : Mai Porcheret


Comment avez vous abordé le sujet proposé ?

J’ai été inspirée par les volumes et les reliefs, j’ai donc décidé de créer un haut avec beaucoup de fronces en jouant sur des pièces bouffantes puis cintrées pour garder une belle silhouette et le rendre dynamique.


Pour le patron zéro waste j’ai réalisé plusieurs découpes à l’intérieur d’un rectangle avec des formes différentes des simples cercles et carrés, puis ai récupéré l’excédent pour les rajouter à cette pièce. Enfin avec les fronces cela m’a permis de garder de l’élasticité pour pouvoir enfiler facilement le vêtement.


Quelles difficultés avez-vous rencontré lors de ce projet zéro waste ?

Parmi les difficultés rencontrées il y a eu la recherche du volume puisqu’il a fallut réfléchir à l’esthétique, puis la manière de le mettre et enfin comment le monter. De plus travailler autant de fronces n’est pas évident car il faut aussi penser à combien faut-il froncer mon patronage pour obtenir le volume que je souhaite tout en sachant que le patron doit être Zéro Waste.


A propos de vos imprimés ?

Il a fallut réaliser des imprimés et les décliner dans le but de les imprimer sur notre tissu de pièce finale. Pour mes imprimés j’ai été inspirée par un univers poétique, des fleurs et des papillons, ainsi que l’art du tatouage. J’aime beaucoup ces deux facettes car d’un côté on retrouve une légèreté dans les éléments naturels et de l’autre un monde plus imposant mais tout autant esthétique dans ses dessins.


Parlez-Nous de votre concept

Mon projet est une étude sur les transformations corporelles, permanentes et temporaires, et l’évolution des mentalités qui nous pousse à se démarquer physiquement des autres. On retrouve des imprimés inspirés de l’art du tatouage et l’art capillaire ainsi que des volumes inspirés d’insectes. Le tout créé une pièce unique, une seconde peau, marquée par mes inspirations et un côté poétique.



Le projet de Juliette Kneuss


Crédit. Modèle : Bénédicte Vernet. Design et photo : Juliette Kneuss.


Parlez-nous de votre concept

- Nous vivons dans un monde et une société qui changent constamment et prennent parfois des formes incompréhensibles. J'ai voulu travailler avec ces notions de déformation et de désordre pour montrer que parfois, dans le bon arrangement, ces formes peuvent créer quelque chose de beau et équilibré.


Comment avez vous abordé le sujet ?

- J’ai d'abord définit l'univers et l'ambiance que je voulais pour mon projet : minimaliste, épuré, avec une importance donnée à la structure et à la coupe du vêtement. Ensuite j'ai fait des recherches de volume sur buste à base de rectangles de toile afin de ne pas perdre de tissu. La dernière étape a été la création des imprimés à partir d'inspirations.


Je voulais créer une pièce intéressante en elle-même, pas uniquement pour son zero waste. Montrer que la mode zero waste peut prendre énormément de formes différentes, et c'est ce que l'on observe quand on voit la diversité des projets réalisés !


Quelles difficultés avez-vous rencontré lors de ce projet zéro waste ?

Le plus difficile pour moi a été le zerowaste de la pièce. Ma recherche 3D n'avait aucune chute, mais pour réaliser la veste il fallait ajouter des finitions donc des pièces en plus et ca a généré quelques chutes de tissu. Mon projet n'est donc pas parfaitement zerowaste mais on pourrait plutôt parler de minimal waste.


A propos de vos imprimés ?

Pour les imprimés je me suis concentrée sur la notion de déformation, de lignes qui bougent et se croisent. L'idée était de faire quelque chose de beau à partir de formes désordonnées. Je me suis aussi inspirée de deux artistes et de leur travail des lignes et formes : Felice Varini et Issey Miyake. L'imprimé choisit pour la réalisation représente des lignes qui se superposent et s’emmêlent.







98 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout