• Patrick Cabasset

La Tunisie aux couleurs d’ESMOD International

A l’heure où la réunion annuelle d’ESMOD International prend place mi octobre 2022 à Tunis, comment ne pas saluer le plus grand des couturiers tunisiens : Azzedine Alaïa !



Les influences méditerranéennes n'ont jamais manquées dans le répertoire créatif d'Azzedine Alaïa

Décédé en novembre 2017 dans sa maison parisienne, ce géant de la mode et du style était justement né à Tunis en 1935. Une exposition et un beau livre rendent hommage à son talent et son parcours.

Un chemin exemplaire qui peut, aujourd’hui plus que jamais, guider les étudiants en mode du monde entier. A celles et ceux qui imaginent qu’on devient créateur de mode en un claquement de doigts, la vie d’Azzedine Alaïa, remet les idées en place. En effet dans ce monde d’instantanéité, ou le moindre désir de réussite doit être récompensé de succès immédiat, l’histoire de ce génie de la mode affirme au contraire que seul la détermination et la patience sont vecteurs de réussite.


Azzedine Alaïa lors d'une de ces rares apparitions télévisuelles dans les années 1980

Pour ce grand couturier, le temps long était un atout. Entre le début de ses recherches de mode dans les années 1960 et son premier défilé à New York en 1982, il ne se sera écoulé pas moins de 26 ans ! 26 années d’anonymat complet, d’apprentissage et de souffrances dans l’ombre de clientes d’exception (comme l’actrice Arletti, l’écrivaine Louise de Vilmorin ou Greta Garbo ) qui par leurs exigences et la pugnacité du couturier autodidacte, vont aider à construire son savoir, affûter son caractère et raffiner son style. Ce n’est qu’en 1983 qu’il va déposer les statuts officiels de sa société. « Avant cela, révèle Carla Sozzani, présidente de Fondation Azzedine Alaïa, il réalisait les étiquettes de ses pièces de couture, une par une, à la main et à l’encre de chine ».


Le couturier et une photo d'Arletti dans Les Enfants du Paradis. Source d'inspiration inépuisable pour Azzedine

Le regret qu’il n’ait pas suffisamment parlé de lui, de sa vie en Tunisie et de ses premiers pas à Paris est à l’origine de l’Exposition « Alaïa avant Alaïa » et du récent beau livre de référence qui l’accompagne, écrit par Laurence Benaïm.

Pour Olivier Saillard, historien de la mode et directeur de la Fondation Azzedine Alaïa, plus qu’un créateur, il reste comme un ‘auteur’ de mode, un ‘fil à plomb’ de la mode.

Philosophe et maitre de conférence à l’école des hautes études en science sociales, Emanuele Coccia insiste : « Azzedine aura attendu 26 ans avant de dévoiler son œuvre personnelle. Il l’a fait murir. En fait, il a transformé l’atelier de couture en cave a vin de la mode. Le murissement de son œuvre est à l’origine de son succès ».

Les participants de la réunion d’ESMOD International pourront grâce à l’organisation d’ESMOD Tunis, s’imprégner de son esprit si particulier au sein même de la résidence personnelle de vacances d'Azzedine à Sidi Bou Saïd : « Dar Alaïa », devenu un musée sur le sol de sa patrie d’origine.


Au coeur de l'exposition Alaïa Avant Alaïa

Alaïa avant Alaïa, Exposition jusqu’au 31/12/2022.

Fondation Azzedine Alaïa, 18 rue de la Verrerie, 75004 Paris.

Livre : Alaïa Before Alaïa, Edité par Carla Sozzani et Olivier Saillard. Textes de Laurence Benaïm. Préface de Emanuele Coccia. 416 pages, 90€.

66 vues0 commentaire