• Hervé Dewintre

Ikigai et Responsabilité Sociétale : les liaisons bienheureuses

Dernière mise à jour : 14 juin


Passionnée par la conception des produits, référente & coordinatrice RSE pour Esmod, Caroline Bouquin, fine connaisseuse de l’outil Ikigai, détaille la philosophie du groupe en matière de responsabilité sociétale.


Ingénieur chef de projet en conception de produit industriel, en génie mécanique et productif, Caroline Bouquin a participé tout au long de sa carrière à de vastes projets tels que la conception des navettes Eurotunnel ou encore la conception d’Ariane V en passant par l’implémentation d’un nouvel outil de conception en 3D chez Renault Technocentre. Ces sujets d’envergures, à vocation industrielle, l’ont amené à s’intéresser à l’outil que représente l’Ikigaï. On comprend pourquoi. Ce concept fortement ancré dans la culture d’Okinawa, a en effet et depuis longtemps permis à de nombreuses personnes de donner du sens à leur activité professionnelle. Les entreprises en irriguent volontiers leur stratégie, leur gouvernance et leur production. Ayant pris ses fonctions chez ESMOD en 2019, Caroline Bouquin, référente & coordinatrice RSE pour le groupe après avoir suivi la formation intensive Design et la formation intense Business, détaille les liens féconds entretenus entre les principes actifs qui président cette philosophie japonaise, et les nombreuses actions, menées par ESMOD en matière de responsabilité d’entreprise.


Planetesmod : Comment pourriez-vous définir l’Ikigaï?


Caroline Bouquin : L’Ikigaï est un concept japonais qui se compose du terme « iki » (生き) qui signifie « vie / vivant » et du terme « kai » qui se transforme en « gai » (甲斐) et qui signifie « valeur / raison ». « La raison » dont il est question, fait référence au sens de la vie. Le terme « ikigai » peut donc se traduire par « raison d’être » ou « raison de vivre » ou « joie de vivre » ou bien encore « but de son existence ». C’est ce sentiment d’accomplissement ressenti lorsque l’on fait ce qui nous passionne, nous motive. C’est un idéal de vie ! Il est d’ailleurs possible d'avoir un ou plusieurs ikigaï au cours de sa vie.



Comment avez-vous été sensibilisée à cette philosophie ? Pourriez-vous recommander des ouvrages de référence ?


Il s’agit pour moi d’un outil performant découvert au cours de mes recherches depuis toujours sur le sens de la Vie. Je reste en quête. L’ikigaï est susceptible de transformer votre existence car le but ultime est d’accéder au bonheur et à la sérénité dans votre vie quotidienne. Selon le best-seller : « Ikigaï : le secret des japonais pour une vie longue et heureuse » par Héctor García et Francesc Miralles, voici les 10 règles de l’Ikigaï : la première stipule de Rester actif, la seconde de prendre son temps, la troisième de ne pas être rassasié, la quatrième recommande d’être entouré de bons amis, la cinquième de rester en forme, la sixième de sourire, la septième affirme l’importance d’être en communion avec la nature, la huitième rappelle qu’il faut faire preuve de gratitude, la neuvième indique de vivre l’instant présent, et la dixième enfin, couronne l’ensemble en nous enseignant de suivre notre Ikigaï.

Sur le même thème, les 2 auteurs ont également sorti le livre "La méthode Ikigaï" dont je citerai volontiers cet extrait : « Ce que nous pouvons avoir dans la vie n’est limité que par la portée de notre imagination ». L'objectif de l'ouvrage est de vous permettre de trouver votre Ikigaï par le biais de différentes techniques et exercices pratiques. Et en bonus, à la fin du livre, il y a également une feuille de route avec 35 clés pour vous aider à vivre pleinement votre Ikigaï.


Cette philosophie s’applique aux personnes physiques, mais aussi aux personnes morales : en quoi l’Ikigaï peut, selon vous, s’insérer dans la vie des entreprises?


Le monde de l’entreprise et la philosophie prônée par l’ikigaï peuvent et doivent entretenir des liens féconds. Ces interactions sont parfaitement expliquées dans l’excellent livre : « L’IKIGAI de Marque » de Sébastien Tortu et Franck Gautier, chez DUNOD. (Sebastien Tortu est spécialiste du retail physique et digital, Franck Gautier est consultant en stratégie de croissance d’entreprise et spécialiste du Growth Marketing, ndlr). L’Ikigaï, rappelle ces deux experts, rappelle l’importance de développer une entreprise pérenne et alignée à ses valeurs, utile aux autres et pour laquelle il semble évident de payer pour obtenir ses produits ou services. Je recommande d’autant plus cet ouvrage qu’il est assorti d’une méthodologie qui s’articule autour de quatre piliers : la réflexion, la modélisation, la réinvention, et l’action.



La RSE a pris une importance capitale et légitime, dans la vie des entreprises ces dernières années. Pourriez-vous définir les piliers et les actions qui selon vous définissent la permanence et la pertinence de la politique de RSE mise en place par ESMOD.


Pour le groupe ESMOD, le futur sera collectif, coopératif, régénératif ou ne sera pas. Convaincu de l’importance de cette affirmation, notre réseau d’écoles développe un écosystème conciliant technologie, inclusivité, influence, conception et bio mimétisme. Les choix responsables, résistant à l’épreuve du temps, reflet par ailleurs de l’éthique de notre groupe et de ses valeurs solides, s’appliquent à tous les niveaux et s’expriment par des collaborations significatives. ESMOD, à l’initiative de Véronique Beaumont, participe par exemple à la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) qui réunit 150 entreprises de l’économie du territoire français : ensemble, elles réfléchissent aux moyens d’amener leur modèle économique à devenir régénératif. Cela génère des coopérations tous domaines confondus, et provoque des réflexions extrêmement riches sur les solutions que nous pouvons faire émerger. 150 feuilles de route seront présentées au gouvernement à l’issue de neuf mois de réflexions. ESMOD s’associe également au mouvement Paris Good Fashion qui fédère les acteurs du secteur de la mode, marques, designers, experts engagés par des actions concrètes pour une mode respectueuse de l’environnement et des droits humains, dès l’horizon 2024. Notre coopération avec la chaire BALI (Biarritz Active Lifestyle Industry), qui a été fondée en 2017 sous l’impulsion de nombreux acteurs industriels et académiques du secteur de la mode, a également pris de l’ampleur. La circularité y est au cœur des réflexions. Il s’agit de sensibiliser à l’ensemble du cycle de vie d’un produit dès sa conception. Notre collaboration avec Refashion, éco-organisme de la Filière Textile d’habillement, Linge de maison et Chaussures, mérite également d’être mentionnée. Je dirai plus globalement qu’ESMOD, en tant qu’entreprise et groupe d’entreprises mais aussi en tant qu’organisme de formations, accorde une importance d’autant plus cruciale à la responsabilité sociétale qu’il s’agisse d’une part de montrer l’exemple, mais aussi d’insister auprès de nos étudiants sur ce que les entreprises attendent d’eux désormais. L’enjeu est multiple. Je préciserai pour conclure qu’ESMOD travaille à se placer dans un espace sur et juste pour l’humanité en tant qu’entreprise, et veille à amener cette conscience aux étudiants afin qu’eux-mêmes soient amenés à essaimer cette nouvelle façon de vivre et de prospérer au sein des entreprises qu’ils intégreront ou qu’ils créeront.

86 vues0 commentaire