top of page
  • Photo du rédacteurPatrick Cabasset

ESMOD Collection : quand l’histoire se projette dans le futur

Imaginez une collection de plus de 1200 pièces de mode digitalisées en 3D et accessibles à la consultation en ligne : c’est ce que réalise actuellement ESMOD avec sa collection d’archives précieuses. Bienvenue dans l’histoire vraie de la mode, de 1750 à nos jours.


Le fameux ensemble porté par Uma Thurman dans "Bel Ami". Corsage de jour, jupe tournure à balayeuse et corset du soir réalisé en tissus du XIXé siècle pour le film de 2012



Une institution qui a réussi à célébrer ses 180 ans (en 2021) possède forcément une histoire et des archives conséquentes. Mais dans le domaine de la formation et de la mode en particulier, où l’on a toujours pour mission de se projeter dans l’avenir, ce n’est pas toujours une évidence. « Dès 2011, pour les 170 ans de l’école, j’avais cependant déjà mené un premier inventaire des archives patrimoniales de l’école » déclare Claire Wargnier directrice du patrimoine et des éditions ESMOD. Brevets, méthodes de coupe, bustes mannequins, mètres rubans, photos, VHS et DVD, mais aussi médailles, patrons, livres, cahiers de cours manuscrits (datant des pénuries de papier de la seconde guerre mondiale), … Les documents affluent. « Au cours des 10 années suivantes, j’ai approfondi ces recherches auprès de la famille du fondateur, poursuit-elle. Mais ce n’est qu’en 2018, afin d’illustrer l’histoire de l’école pour ses 180 ans, ainsi que pour partager avec les étudiants des savoir-faire sur des modèles historiques de Prêt-à-Porter et de Haute Couture, que j’ai commencé à rassembler des vêtements ».


Tenue complète d'amazone à la française de 1885 dans la collection ESMOD


Un patrimoine qui se compose bientôt de plus de 90 panoplies complètes, des silhouettes datant de 1750 à 1970 et après. Un fond constitué d’abord avec des vêtements issus de la location de vêtements anciens pour le théâtre et le cinéma. Grâce à la collaboration établie avec Mireille Tembouret pour l’édition de 4 ouvrages autour de la "Grammaire du Vêtement Occidental" (ESMOD Editions), celle-ci cède une partie des vêtements illustrés dans ses livres à Esmod Patrimoine. Une première étape bientôt complétée par un généreux don de l’UFAC (Union Française des Arts du Costume). Un leg de quelques 400 pièces au sein duquel Claire retrouve des créations d’anciens étudiants devenus stylistes et créateurs : Thierry Mugler, Franck Sorbier, Daniel Hechter, Jacqueline Coq, etc. Depuis, l’école collecte les dons de particuliers et achète des modèles en salle des ventes, en ligne ou lors de salons d’antiquités.


C’est ainsi qu’est né le projet d’un conservatoire qui soit à la fois un laboratoire de recherches et une source d’inspirations pour les vêtements d’aujourd’hui et de demain. Un projet qui représente l’ambition d’un homme, le président d’ESMOD, Monsieur Nino, ainsi que la fierté de toute l’école.


Robe d'après midi vers 1921-24. La video en ligne permettra d'en fait le tour et ainsi de pouvoir l'observer sous toutes les coutures.


Au sein de ces trésors ici regroupés, on distingue des créations signées Paquin, Lanvin, Nina Ricci, Guy Laroche, etc. Pièce de musée unique, une tenue d’amazone trône au sommet de cette collection, elle symbolise la spécialisation du fondateur de l’école Alexis Lavigne, amazonier de l’impératrice Eugénie. Non moins précieuses, certaines pièces ont été reconstituées pour le cinéma. C’est le cas d’une robe "Danton" portée par Claudia Cardinale dans « La révolution française » de Robert Enrico (1989) ; mais aussi d’une somptueuse robe tournure à transformations reconstituée en tissus et même en baleines d’époque et confectionnée pour Uma Thurman dans « Bel Ami » en 2012. Plus amusante encore, une robe caftan multicolore de 1968 a même été portée par Dalida.

Classées et répertoriées, ces 1200 pièces représentent toutes les spécialisations des formations d’ESMOD. A travers ces robes, chemises, pantalons et accessoires (chapeaux, gants, sacs, chaussures, etc.), ce sont toutes les richesses et les savoir-faire du prêt-à-porter féminin et masculin, de la haute couture, mais aussi des vêtements d’enfant, de la lingerie et des pièces en maille qui sont évoquées. L’école acquiert depuis peu également des robes de mariées de toutes époques. Un véritable cabinet de curiosités qui fait déjà l’objet de séances de travail spécifiques pour professeurs et étudiants. Des visites-conférences où certains vêtements reconstitués peuvent d’ailleurs être essayés afin de mieux sensibiliser chacun à d’autres formes de portés, à d’autres expériences textiles.


Robe caftan psychédélique. 1968.



Dalida dans sa robe désormais hébergée dans la collection ESMOD. Photo Raymond Depardon, Agence Magnum 1968

Mais un fond d’archives n’est rien s’il n’est pas accessible en permanence aux étudiants, aux alumnis, aux chercheurs comme au plus grand nombre de passionnés. C’est pourquoi depuis 2 ans ces pièces sont numérisées, filmées et légendées afin de créer des visuels à 360 degrés. Les fichiers ainsi créés seront bientôt accessibles en ligne.

Déjà, depuis la dernière Metaverse Fashion Week du 24 au 27 mars 2023, la société spécialisée Altr a mis en ligne une première expérience de réalité augmentée avec la fameuse tenue d'amazone à la française de la collection ESMOD (1880). L'histoire de ce vêtement dont le fondateur de l'école Alexis Lavigne était spécialiste s'affiche alors. Chaque pièce -casaque, jupe, pantalon et accessoires- y est racontée et replacée dans le contexte de l'époque. Après analyse d'un code barre par votre smartphone, cette tenue peut même apparaitre dans la pièce où vous vous trouvez. Une expérience unique qui permet d'accéder à cette tenue comme en 3D et d'en apprécier tous les contours, sous tous les angles. Spectaculaire !




Robe d'après-midi 1950 en vichy, façon robe de mariée de Brigitte Bardot à cette époque.

229 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

留言


bottom of page